Amba – Wendo Kolosoy et l’orchestre Victoria Bakolo Miziki, 2002

,


Et on reste au Congo…

ūüá®ūüá©ūü™ėūüéĻūü•Ā Wendo Kolosoy fait partie des p√®res fondateurs de la rumba congolaise. N√© en 1925, et devenu orphelin tr√®s jeune, il se ¬ę¬†d√©brouille¬†¬Ľ √† Kinshasa tout en jouant de la musique. Il sera finalement rep√©r√© et recueilli par les fondateurs du c√©l√®bre label Ngoma. Il y publie en 1948 son titre f√©tiche, Marie Louise, qui le propulse sur le devant de la sc√®ne. Cependant, refusant de m√™ler la musique √† la politique, il se mettra en retrait pendant les trente ann√©es de l‚Äô√®re Mobutu. C‚Äôest donc un petit miracle que de le retrouver en studio en 2002, pour ce Amba, avec son orchestre historique, le Victoria Bakolo Miziki, et qui alterne nouvelles compositions et reprises. Il s‚Äôentoure de quelques vieux briscards de la rumba, qui font merveille, comme Mukubwele Bikunda ou encore le tr√®s inventif guitariste Vula Missi. Mais Wendo Kolosoy appelle aussi la nouvelle g√©n√©ration, avec le bassiste Bouboul Shoming, d√©j√† entendu aux c√īt√©s de Ray Lema, ou bien le directeur des Tambours de Brazza, Emile Biayenda. Le r√©sultat est une heure de rumba voluptueuse, chaloup√©e √† merveille. Kolosoy profite de l‚Äôoccasion pour renouer avec l‚Äôun de ses vieux amis, Antoine Moundanda qui, de l‚Äôautre c√īt√© du fleuve, est aussi une r√©f√©rence de longue date de la musique congolaise, et en particulier du fameux piano √† pouces. Ainsi, accompagn√©s de sa seule sanza, ils interpr√®tent √† deux voix, une rumba acoustique √©poustouflante. Wendo enregistrera encore quelques disques, avant de s‚Äô√©teindre en 2008.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut